Bernard Christophe

Documentaire de création

Dans son livre Xénophobie Business, Claire Rodier, juriste, écrit à propos de la problématique migratoire actuelle que « les verrous posés ici ou là ont surtout pour conséquence de déplacer et de multiplier les routes et les points de passage empruntés par les migrants. Mais ne serait-ce pas là un des buts ? Au jeu du chat et de la souris, le chat n’a pas forcément intérêt à éliminer sa proie ».

L’escalade de la surveillance aux frontières répond-elle en effet uniquement à un besoin de sécurité des citoyens face à l’inexorable et grandissant mouvement des populations à travers le monde, ou la peur des opinions publiques occidentales est-elle entretenue par une conjonction d’intérêts économiques et politiques inavoués ? C’est à cette question que la pièce de théâtre Ceux que j’ai rencontrés ne m’ont peut-être pas vu, créée par le NIMIS Groupe, tente de se confronter. Formée de jeunes comédiens européens et de six demandeurs d’asile, la troupe déconstruit les mécanismes migratoires de l’Union européenne en donnant la parole à ses protagonistes. Aux vécus joués sur scène répondent ainsi les structures concrètes de sécurité aux frontières de l’Europe, figurées ou explicites, et dont l’opacité des intérêts est interrogée en filigrane. Symbole de l’anonymat imposé tant médiatiquement que juridiquement aux « illégaux », tous portent sur scène une même identité : Bernard Christophe.

En empruntant ce nom, ce film documentaire prend le relais de l’enquête initiée par le NIMIS Groupe. Il donne à entendre et à voir un peu de ce que la pièce – fil rouge de sa narration – sous-entend, implique et questionne, mais ne met pas nécessairement en scène.

Auteur-Réalisateur François-Joseph Botbol / Production Minimum Moderne