L’image luciole

vocationdesaintmatthieu

« Comme une luciole, elle finit par disparaître à notre vue et s’en va en un lieu où elle sera, peut-être, aperçue par quelqu’un d’autre, ailleurs, là ou sa survivance pourra s’observer encore. (…) L’image est un opérateur temporel de survivance – porteuse à ce titre d’une puissance relative à notre passé comme à notre actualité intégrale, donc à notre futur -, alors, il faut s’attacher à mieux comprendre son mouvement de chute vers nous, cette chute ou ce «déclin», voire cette déclinaison, (…) aujourd’hui, une disparition. »

George Didi Hubermann ; La Survivance des lucioles, ed Minuit 2009

Du fait de la prolifération des centres urbains, de la pollution lumineuse, des horaires décalés, de l’éclairage permanent, du sommeil amputé, des lumières aveuglantes du spectacle et de la surveillance, la « nuit » disparaîtrait aujourd’hui en Occident selon certains observateurs avisés. Ce mouvement, en apparence irréversible, semble nous rendre inaccessible des images qui ne pouvaient apparaître que dans une certaine obscurité. Quelles sont ces images ? Que disent-elles de notre monde ? N’y a-t-il pas une vérité, une beauté, que seule la nuit rend visible ? En parcourant diverses visions (historiques, esthétiques, politiques) de la nuit en compagnie de personnages pour lesquels celle-ci agit comme un révélateur, ce film documentaire interroge le sens d’une expérience universelle en extinction.